Quelles Sont Les Nouvelles Tendances De I E-Commerce

Spread the love

Trois ans seulement ont suffit pour que la vente en ligne augmente de 80% d’après la Fevad. L’e-commerce dépasse ainsi le stade de la simple aubaine pour les entreprises et devient une nécessité. Toutefois, aujourd’hui de nouveaux moyens de communication se présentent et l’e-commerce doit faire face à ceux-ci. En effet, des nouveaux supports dotés de grande intelligence surpassent les plateformes e-commerce. Ainsi, face à ces nouveaux enjeux technologiques, les e-commerçants doivent s’apprêter notamment par l’adaptation et l’amélioration de leurs systèmes aussi bien en amont qu’en aval, de sorte à exploiter au maximum ces nouveaux supports de communication…

Avec l’accélération du numérique, il importe de prendre le temps pour analyser les grandes tendances 2013.

La synergie des sites internet et boutiques

Le multicanal : Depuis longtemps, les sites de vente en ligne ont été perçus comme des concurrents à la vente classique en boutique. Et cela, d’autant plus que le e-commerce possède plus d’avantages comme la possibilité de comparaison des prix, un large choix des produits sans oublier l’absence de pression du vendeur. Néanmoins, les sites de vente en ligne et les boutiques sont aujourd’hui complémentaires. Il y a une digitalisation des points de vente qui s’opère, ce qui permet une meilleure orientation des acheteurs et de trouver ainsi plus vite les produits recherchés. Par le biais d’animations proposées sur des écrans numériques, c’est ainsi dans une ambiance ludique que cela se passe.

Quelles Sont Les Nouvelles Tendances De I E-Commerce

D’un autre côté, on néglige bien souvent le phénomène du « web to store ». En effet, il se peut que le net soit un accélérateur ou déclencheur de l’achat bien que le paiement se réalise dans la boutique physique. L’influence du web sur les ventes est souvent sous estimé dans la mesure où le chiffre d’affaires est mesurer seulement à partir des paiements en ligne effectués par carte bancaire. Et donc, le chiffre d’affaires ne tient pas compte de l’influence du web comme motivation d’achat en boutique.

web to store

L’influence des réseaux sociaux sur le passage à l’acte d’achat du cyberacheteur

Le social commerce : Il s’agit ici de socialisation de la marque, du produit par le biais des réseaux sociaux vu que ceux-ci vont partie intégrante de notre vie quotidienne. C’est une stratégie marketing essentielle dans la mesure ou la présence des e-commerçants sur les réseaux sociaux comme Google+, Facebook, ou encore Pinterest d’une part influence et rassure le cyberacheteur et d’autre part crée du trafic pour l’e-commerçant. Et les expériences d’achat partagées par les consommateurs sur Facebook constituent pour les entreprises, une grande source d’informations. De ce fait, elles sont en mesure de bien cibler le profil type du consommateur, répondre au mieux aux besoins ou à la demande de l’internaute, interagir avec lui, et même lui faire une offre personnalisée. La naissance de ces nouveaux supports de communication entraîne celle de nouveaux métiers comme le community manager qui a pour mission l’actualisation du contenu de la page du réseau social en la rendant plus attrayante, et donc optimiser le lien avec l’internaute.

social com

Comme exemple de social shopping, il y a le « whispering code ». C’est un code qui est murmuré par les gens qui arrivent à la caisse pour pouvoir profiter d’une réduction. Dévoilé seulement sur facebook, les consommateurs doivent donc rester en veille et connectés afin de connaître les différents codes, lesquels sont modifiés chaque jour.

Une autre tendance à prendre en compte est l’e-commerce par abonnement « subscription based e-commerce ». Ici, l’internaute achète via le web et s’abonne en acceptant de recevoir chaque semaine ou mois, le service ou le produit de son choix. Les e-commerçants ont ainsi l’opportunité d’avoir une relation privilégiée avec l’internaute, de le fidéliser en connaissant de mieux en mieux ses critères de consommation et ses habitudes.

Dans les années à venir, le moyen de paiement le plus utilisé sera sans doute le mobile.

Le m-commerce : C’est le commerce en ligne depuis support mobile en l’occurrence tablette, smartphone et qui est en pleine croissance. Et d’après les prévisions, en cette année 2013 c’est une évolution rapide et fulgurante que devrait connaître le nombre de mobinautes. Les tablettes et smartphones font dorénavant partie non seulement de nos vies professionnelles mais également personnelles. En plus de cela, on assiste à la création massive d’applications pour mobile à l’exemple de l’application « location based commerce » qui permet d’avoir des alertes en instantané sur les bons plans de magasins situés dans les environs d’un lieu. Avec le mobile, l’entreprise tisse une relation de proximité avec l’utilisateur dans la mesure où ce dernier est constamment en contact avec son mobile.

mcom

Par l’utilisation de ces nouvelles technologies, de nouvelles spécialisations se sont créées à l’instar du “responsive web design” qui permet une adaptation de la résolution de l’écran, le contenu ainsi que l’ergonomie du site web à un mobile. Vu que l’on ne surfe pas sur un mobile comme sur un ordinateur, la manière de concevoir le site web doit donc être revue. C’est un passage de l’internet vers l’internet mobile que nous sommes entrain de vivre.

Pour faire un retour sur le m-commerce, on peut également évoquer le « mobile to store ».

Faire donc du cross media et du cross canal s’avère important dans la stratégie marketing de sorte à profiter pleinement des divers moyens dont disposent les e-commerçants. Le but ici c’est d’amener le client à passer à l’achat. C’est une synergie que réalisent les deux plateformes physiques et virtuelles. « Plus le digital est présent dans nos vies, plus nous avons besoin d’interactions physiques. On devient hyper-relationnels.»

Vers un monde connecté

Une adaptation profonde à ces nouvelles tendances doit être opérée par les e-commerçants. Pour les entreprises, ces nouveaux supports leur donne de pouvoir être plus proche du client sans pour autant assurer la transparence, la sécurité du client.

Avec le nouveau monde connecté, le mode de vie présent est mis en question. Apparaissent de nouvelles lois, spécialisations, métiers. Il nous revient de nous adapter au numérique et non l’inverse.

Et si l’on se projette plus loin, on peut s’interroger sur ce qui va remplacer le mobile dans le futur ?